Slide

Devenir un milieu inclusif

Malgré une présence grandissante des femmes sur le marché du travail dans les dernières décennies, il subsiste des inégalités de revenu importantes et une ségrégation professionnelle réelle, dans la mesure où les femmes continuent de se concentrer dans quelques secteurs d’emploi. De plus, être une femme racisée constitue un obstacle supplémentaire et rend plus susceptible d’être victime non seulement de discrimination fondée sur le sexe, mais aussi sur l’appartenance à une minorité ethnoculturelle ou racisée. Ces discriminations envers les femmes freinent leur insertion socioprofessionnelle et les maintiennent dans une précarité économique et sociale.

Près de 40 % des femmes sur le marché du travail sont cloisonnées dans les 10 principales catégories professionnelles dites « féminines » : l’industrie de la vente et des services, les soins aux personnes, l’enseignement et la garde d’enfants et les occupations administratives. Quant aux hommes, ils sont mieux répartis : 27 % de la main-d’œuvre masculine se retrouve dans les 10 principales catégories d’emplois dits « masculins » (Conseil du Statut de la Femme, 2017).

LES AVANTAGES D’ENTREPRENDRE UNE DÉMARCHE DE MIXITÉ

En plus d’être un modèle d’organisation soucieuse de justice sociale, inspirante pour la communauté, vous positionner comme une organisation à l’avant-garde des meilleures pratiques en gestion et comme une employeuse ou un employeur de choix pour la main-d’oeuvre féminine vous permettra :

  • d’accroître l’attraction de personnel qualifié et motivé;
  • de favoriser l’engagement à long terme du personnel;
  • d’améliorer le climat de travail;
  • de diminuer les taux de roulement et d’absentéisme;
  • d’améliorer la gestion du stress et la santé psychologique.

Les avantages de modifier ses pratiques et d’agir sur la culture organisationnelle de l’entreprise se mesurent tant à l’interne qu’à l’externe et se répercutent positivement les uns sur les autres.

Les coûts de la cessation d’emploi, de remplacement et de formation associés à un départ volontaire représentent entre 93 % et 200 % du salaire annuel d’une employée ou d’un employé.

DES OBSTACLES BIEN RÉELS POUR LES FEMMES

Pourquoi dit-on d’une femme qui choisit d’aller vers un domaine à prédominance masculine qu’elle doit être bien décidée? Pourquoi les milieux à prédominance masculine n’arrivent-il pas à « retenir » les femmes? Parce qu’il s’agit véritablement d’un parcours de la combattante. Pour s’intégrer, les travailleuses changent leurs attitudes, leurs gestes et leurs comportements. Certaines tentent de se fondre dans le groupe avec une bonne dose d’humour, voire de déni. Malheureusement, ces stratégies individuelles fonctionnent peu si elles ne sont pas accompagnées d’une approche collective dans les milieux de travail.

Les obstacles rencontrés par les femmes dans les milieux à prédominance masculine sont :

  • méconnus : Les personnes en position de minorité, ici les femmes, doivent surmonter des obstacles qui ne s’imposent pas aux personnes majoritaires, les hommes. Ces dernières personnes ont tendance à ignorer ces obstacles ou à les sous-estimer.
  • multiples et interreliés : Tous contribuent à la stigmatisation de cette minorité femme.

Survolez la citation avec le pointer de votre souris pour révéler l’obstacle.

« J’ai eu des gros cas de harcèlement dans mon ancien travail à cause de ma grandeur. Personne n’a osé rien faire. On m’avait mis en congé de maladie pour six mois, jusqu’à ce que le monsieur parte à la retraite. Il était dangereux, il m’attaquait physiquement. »

Harcèlement sexiste et sexuel

« Dans le milieu de la recherche universitaire, les publications, il faut en faire beaucoup et souvent. Ça compte énormément. Alors, après deux congés de maternité, ça paraît au niveau de ma reconnaissance et de mon avancement dans ma profession. »

Faible progression dans les échelons

« En entrevue, on m’a demandé si je voulais avoir des enfants. C’est pas légal, demander ça... »

Préjugés et discrimination systémique

« Souvent, même les femmes qui finissent par être bien acceptées dans les milieux non traditionnels ne veulent pas faire de vagues. Ça va bien, elles ne veulent pas se faire achaler. »

Manque de soutien, de reconnaissance et de confiance

« Plusieurs femmes pour qui ça allait bien quittent leur emploi après avoir fondé leur famille, car la conciliation travail-famille est impossible. Beaucoup d’heures par semaine; heures non flexibles; pas de congé de maladie; chantiers éloignés de la maison, etc. »

Responsabilités familiales

« La compétition est trop féroce envers les femmes. Si une femme a plus d’atouts professionnels que les hommes, ceux-ci se ligueront contre elle. »

Statut minoritaire et isolement

« Parce que je suis faite petite, on a peur de me faire travailler sur les chantiers. Mais je suis capable d’en prendre. Faut juste le faire comme du monde. »

Santé, sécurité et valorisation de la force physique

« J’ai une amie qui travaille pour un bureau d’architecture et c’est fou pareil, mais leur patron ne veut pas envoyer les filles sur les chantiers pour éviter l’intimidation. Alors, seuls les hommes y vont! »

Division sexuelle du travail