ORGANISER LES POSTES DE TRAVAIL DE MANIÈRE ERGONOMIQUE ET SÉCURITAIRE

CONTEXTE

Les postes de travail ainsi que les outils et le matériel utilisés dans les milieux à prédominance masculine ont été conçus et pensés pour un profil type d’hommes (grands et larges). Ils ne conviennent pas à tous les profils.

Les différences physiques et physiologiques entre les femmes et les hommes peuvent avoir des répercussions sur la santé et la sécurité des travailleuses (Couture, Thibault, Chatigny et Messing, 2006). « Les différences observées au niveau de la poitrine, de l’articulation de la hanche, de la force physique et la taille moyenne ont un impact sur la réalisation du travail qui implique la manipulation et le déplacement d’objets et d’outils, le port de ceintures à outils ou de sécurité et l’aménagement de postes de travail […] Ce fait ne réduit en rien la capacité des femmes à occuper des emplois exigeant de grands efforts physiques. Il soulève plutôt la nécessité d’aménager les outils, les postes et l’organisation du travail en fonction des travailleuses » (Conseil d’intervention pour l’accès au travail des femmes, 2011, p. 49).

CE QUE DIT LA LOI

En vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail, l’employeur·e a l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de son personnel. Lorsque ce n’est pas possible, l’employeur·e doit éviter qu’un groupe de personnes se trouve discriminé par une application stricte de la norme (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2012, p. 13).

Notions abordées : Santé et sécurité au travail, norme, modes opératoires, outils, division sexuelle du travail, travaux lourds et travaux légers, discrimination, force physique, ergonomie, prévention, diversité corporelle, aménagement des postes de travail

CONTENU PRATIQUE

• Notions de base

• Faire une analyse ergonomique des postes et des outils de travail

L’adaptation ergonomique des postes de travail est une action que vous pouvez ajouter dans votre plan d’action, dans la colonne « Actions à réaliser ». Le nombre de personnes formées ainsi que leur degré de motivation à mettre en pratiques les notions retenues sont des éléments mesurables que vous pouvez insérer dans la colonne « Résultats attendus ».

NOTIONS DE BASE

Les différences entre les femmes et les hommes sont généralement exagérées.

Lorsque c’est nécessaire, les femmes développent des modes opératoires différents et créatifs pour soulever des charges, ce qui contribue à améliorer la santé et la sécurité au travail pour toute l’équipe. De même, il existe aujourd’hui plusieurs outils qui permettent de faciliter le travail et de limiter les exigences de forces tout en diminuant les risques pour la santé et l’usure du corps.

Une division sexuelle du travail a été observée au sein d’un même poste de travail, ce qui expose les femmes à des risques différents. Par exemple, en entretien paysager, une étude a observé que les hommes conduisaient les machines, tandis que les femmes travaillaient le sol manuellement en position fréquemment accroupie. Il en résultait que les femmes avaient deux fois plus d’accidents de travail (Couture, Ngomos, Thibault et Messing, 2004).

L’ergonomie « vise à adapter le travail à l’être humain, quelles que soient ses caractéristiques, au lieu de sélectionner des individus adaptés au travail » (Messing, Seifert, Couture, 2006, p. 131). Faire une analyse ergonomique signifie donc de concevoir les postes en fonction de diverses formes corporelles et capacités physiques ou d’adapter un poste traditionnellement conçu pour un profil type afin qu’il convienne à d’autres profils corporels.

 

AVANTAGES

Prévenir les accidents et les blessures au travail

Améliorer le maintien en emploi des femmes

Améliorer la réputation de l’entreprise

Diminuer les taux de roulement et l’absentéisme et augmente la productivité et la satisfaction personnelle de l’employé.

FAIRE UNE ANALYSE ERGONOMIQUE

Afin d’assurer la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs, l’employeur·e doit analyser l’environnement de travail, les outils ainsi que le matériel mis à la disposition de ses employé·e·s.

COMMENT FAIRE ?

1. Identifier les situations risques pour la santé et la sécurité notamment en consultant les rapports d’accidents antérieurs.

2. Corriger les situations à risque en :

Adaptant le matériel à la diversité corporelle

Modifiant l’aménagement du poste du travail

Observant les solutions créatives du personnel déjà en place

Modifiant la façon d’exécuter la tâche

Ajoutant du matériel ou un outil pour faciliter le travail

Effectuant une rotation des tâches au sein d’un même poste

3. Contrôler les mesures correctives appliquées

Plutôt que de parler de différences sexuelles ou de différences hommes/femmes, il est plus précis et utile de considérer les différences individuelles objectives des membres du personnel dans les aspects physiques ou biologiques suivants (Couture, Thibault, Chatigny et Messing, 2006) :

Les dimensions corporelles (en particulier la poitrine et la hanche)

L’articulation de la hanche

La force physique selon le type d’effort requis (soulever, tirer, pousser), la nature de la charge, la fréquence et la vitesse d’exécution, la posture et l’espace

Le système de reproduction, lorsque c’est pertinent

(Cliquez sur le tableau pour agrandir)

   RESSOURCES DOCUMENTAIRES POUR ALLER PLUS LOIN

Pour une prévention plus efficace — L’importance de tenir compte du genre et du sexe dans le domaine de la santé et de la sécurité du travail. Conférence », par K. Messing. (2012). Colloque L’importance de considérer le genre et le sexe en SST, de l’Institut de recherche en santé et sécurité au travail (IRSST), ressources vidéos. Montréal. 2012. http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/video/i/100141/n/prevention-efficace-genre-sexe-sst

« Conditions de travail et parcours dans l’entreprise. Vers une transformation qui intègre l’ergonomie et le genre? ». Chappert, F., K. Messing, E. Peltier et J. Riel. (2014). Revue multidisciplinaire sur l’emploi, le syndicalisme et le travail, Vol. 9 no. 2, p. 49–72. DOI : 10.7202/1036258ar

Rapport de recherche sur le maintien des travailleuses dans les emplois traditionnellement masculins, par Couture, Thibault, Chatigny et Messing, en collaboration avec la FTQ, 2006, 113 p.

Guide virtuel. Traitement d’une demande d’accommodement de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ). (2012). http://www.cdpdj.qc.ca/fr/formation/accommodement/Pages/index.html

Outil d’aide à la planification pour une manutention manuelle sécuritaire, de l’Institut de recherche en santé et sécurité au travail (IRSST). (2013). Collaboration
UQAM-IRSST, Montréal, 57 p. http://www.irsst.qc.ca/media/documents/PubIRSST/RF-782.pdf

Manutention en milieu de travail, site internet de prévention des troubles musculo-squelettiques liés au soulèvement et au transport de charges lourdes de l’Institut de recherche en santé et sécurité au travail (IRSST). http://manutention.irsst.qc.ca/manutention-et-risques/